L’UE prend les étudiants en otage

La Commission européenne a décidé de geler les négociations relatives à l’accord sur la recherche et au programme Erasmus. Ces représailles sont indignes d’une démocratie et constituent un cas très clair de chantage alors que se profilent les élections européennes.

Le 9 février, les Suissesses et les Suisses ont voté en faveur de l’initiative de l’UDC « contre l’immigration de masse », qui remet en cause l’accord sur la libre circulation des personnes (ALCP). Une loi d’application doit maintenant être écrite afin de permettre des nouvelles négociations avec l’Union européenne. Ce fait est particulièrement important, car les accords bilatéraux prévoient expressément que des modifications peuvent être proposées, sans que cela n’entraine la fin de la voie bilatérale!

Cependant, l’UE n’a pas attendu les propositions de la Confédération pour sévir. Pire encore, elle s’est attaqué à des accords qui n‘ont aucun lien juridique avec l’ALCP, dont le programme Erasmus.

La diplomatie européenne a argumenté qu’il ne pouvait y avoir d’Erasmus sans libre circulation. Ce qui est faux: de nombreux pays participent au programme Erasmus sans être partie à la libre circulation, tels que la Biélorussie, la Turquie, la Jordanie ou encore la Syrie.

La suspension unilatérale des négociations sur la recherche et les échanges universitaires de la part de la Commission européenne est une atteinte insupportable à la démocratie. Alors que les peuples européens sont favorables aux échanges universitaire et veulent limiter les excès de la libre circulation, leurs dirigeants – non-élus – limitent les échanges pour conserver coûte que coûte les abus de la libre circulation.

Il est évident que cette suspension, qui intervient à quelques mois des élections européennes, a pour seul but de faire pression sur les Etats membres de l’UE qui seraient tentés de consulter leur population par voie de référendum.

Au vu de ce qui précède, les Jeunes UDC Vaud condamnent fermement cette suspension qui ne saurait être considérée comme une réponse au vote du 9 février.

Contact:

Yohan Ziehli, Président, ziehli@jsvp.ch
Valentin Christe, Vice-Président, christe@udc-vaud.ch